Des familles Roms errent en Seine-Saint-Denis depuis une descente de riverains dans leur lieu de vie. Dans la foulée, le 2 juillet, la préfecture a entamé la destruction de leur campement. La situation met en exergue un antitsiganisme latent.
« Ils ont débarqué à sept ou huit, en hurlant. Ils avaient des couteaux, des briques, des tessons de verre, témoigne Claude Rambaud, membre du collectif d’habitants Stop Expulsion de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Moi j’étais au milieu, je bloquais le (…)


Résister

/
Discriminations,
A la une,
Garantir l’accès au logement,
Logement