Ce sont des voix rarement entendues : celles des femmes évoluant dans les méandres des centres d’hébergement d’urgence. Des résidentes du Palais de la Femme, géré par l’Armée du Salut à Paris, dénoncent depuis des années leurs conditions de vie.

« Quand je me réveille, je me dis : il faut que je sorte du Palais. Quand je me couche, je me dis : il faut que je sorte du Palais. » Mona* retire son masque pour se griller une cigarette. Elle a donné rendez-vous dans un parc du 11ème arrondissement de Paris. Non (…)


Résister

/
,
,
,
,