La préfecture deviendra-t-elle la porte d’entrée de la protection de l’enfance pour les jeunes exilés ? Certains départements refusaient encore de recourir au controversé fichier biométrique. Mais deux projets de loi prévoient sa généralisation.
Pour être pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE), un jeune exilé se déclarant mineur non-accompagné voyait auparavant son dossier étudié par le conseil départemental de son lieu de résidence, puis devait s’entretenir avec un travailleur social. Cet (…)


Décrypter

/
Migrations,
Surveillance, fichage, censure : la démocratie en danger ?,
A la une