« C’est parce que c’est une free party qu’il faut la mater » : comment l’État chasse la jeunesse libre

Les free party et les sound systems étaient déjà stigmatisés. Au prétexte de la pandémie, ils sont désormais la cible d’une répression digne de l’anti-terrorisme. Une nouvelle preuve de la dérive en cours pour restreindre les libertés individuelles.

Dans la nuit du 31 décembre 2020, une rave party à Lieuron, en Bretagne, clôture une année de pandémie et de restrictions. 2500 teufeurs y participent. La fête, surmédiatisée, est également surstigmatisée, en ces temps de crise sanitaire où il est mal vu de se (…)


Résister

/
,
,
,

%d blogueurs aiment cette page :