Une Agora libre

Le principe de la représentation c’est de convoquer l’écoute d’une parole. Une parole qui ne propose pas de vérité mais qui met en circulation, en acte les inconscients des spectateurs auditeurs.  Mais il s’agit de vivant, de parole, je dirai même de sacré. A l’issu d’une représentation les personnes y ayant assisté devraient être à même d’échanger de la pensée, et non la satisfaction idiote d’avoir “passé une bonne soirée”, d’en avoir eu pour son argent.

L’Agithéâtre depuis maintenant six ans propose de chantiers d’artistes hors sentiers battus. Un public se constitue, hétéroclite, mais unis par une chose,le besoin de qualité dans un regard sur le monde actuel. J’entend par qualité, sortir de toutes les injonctions, tant politiques, qu’artistiques, sociales tout du moins que les médias imposent à l’esprit public, pourrait on dire.

Construire une culture dont les directives politiques et l’argent public seraient dans les mains des spectateurs.

 

Réfléchissons à ce que serait une culture rurale de qualité, ensemble.

Laisser un commentaire

informez-moi

Je veux recevoir votre lettre d’info

%d blogueurs aiment cette page :