Birmanie : les opposants demandent à Total de ne pas financer la dictature

Depuis son putsch, l’armée birmane continue de réprimer violemment la population qui se mobilise pour la démocratie. Des entreprises étrangères ont quitté le pays pour ne pas collaborer avec la junte. Pas Total, qui y exploite du gaz.
L’entreprise française Total vient d’annoncer qu’elle va suspendre son vaste projet gazier au large du Mozambique, dans le sud-est de l’Afrique. Raison invoquée : la menace de groupes armés. Début avril, la province de Cabo, où Total exploite un site gazier, a été la cible (…)


Décrypter

/
Asie et Pacifique,
Multinationales,
A la une

%d blogueurs aiment cette page :