Des milliers de jeunes noirs meurent chaque année au Brésil, abattus par les forces de l’ordre et autres milices armées. Pour lutter contre cette violence institutionnelle, aggravée depuis l’élection de Bolsonaro, et se soutenir, des collectifs de mères se créent dans tout le pays.
« Nous, les mères des quartiers pauvres, on n’a que nos corps pour lutter. » Assise à la table d’un fast-food déserté de la Baixada Fluminense, dans la banlieue nord de Rio de Janeiro, Nivia Raposo pèse ses mots et soutient le (…)


Résister

/
Amériques,
Violences policières,
A la une,
Luttes sociales