contacts.vo46 Méthanisation – Enquête SPLANN – 4 épisodes

do

Le jeu. 22 sept. 2022 à 16:51, VIGILANCE OGM 46 <vo46> a écrit :

A l’attention des maires, conseils municipaux, citoyennes et citoyens

Bonjour,

En préambule, nous voulons rappeler que le Collectif Citoyens Lotois a
comme objectif d’informer, les élu.e.s, les citoyennes, citoyens et
administrations sur ce qui se passe autour de la méthanisation… Et
d’être lanceur d’alerte!

Nous rappelons que les maires devraient, il nous semble, informer
l’administration en cas de pollution. Les liens personnels (familiaux,
politiques et de copains d’école) avec les énergiculteurs, ne les
exonèrent pas de leur responsabilité… comme pour le PLUI…

Selon nos sources, nous venons d’apprendre que les énergiculteurs de
l’usine d’Espeyroux auraient acheté du fourrage sur les communes de
Bannes
et Rueyre –
Nous pensions que le projet avait été conçu par les énergiculteurs avec
leur capacité propre de fournir leur propre intrants ??

Nous espérons que les services de l’Etat seront vigilants avec ces
surfaces déjà subventionnées…&#128521;

Avec le méthaniseur de Gorses qui entre en service, ça va acheter de
partout et à quel prix!!!???&#129300;

Vous reprendrez bien un petit rappel de bon sens paysan !! ha mais non!
nous avions oublié que les bêtes restaient enfermées
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-interview-eco/il-n-y-aura-probablement-pas-suffisamment-de-fourrage-cet-hiver-c-est-tres-inquietant-selon-l-agronome-marc-dufumier_5330869.html

Les 4 articles de l’enquête de SPLANN – C’est la même chose dans toutes
les régions

https://www.mediapart.fr/journal/france/130922/en-bretagne-des-methaniseurs-hors-de-controle-menacent-l-environnement

https://www.mediapart.fr/journal/france/140922/methanisation-les-agriculteurs-perdent-la-bataille-du-gaz

Extraits choisis
Il y a dix ans, l’agro-industrie payait les agriculteurs pour qu’ils la
débarrassent des intestins et estomacs de milliers de bêtes abattues,
jusqu’à 90 euros la tonne. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Les
agriculteurs
paient, de plus en plus cher, pour mettre la main sur ces tripes,
ingrédient précieux pour produire du gaz. Le maïs est également une
denrée
prisée des méthaniseurs.

Un agriculteur nous a ainsi rapporté qu’un voisin méthaniseur a proposé
de
lui acheter son maïs plus cher que le prix habituellement pratiqué pour
nourrir les bêtes …/…
(demandez au métha d’Espeyroux ce qu’ils ont acheté dans les autres
communes parce qu’ils ne peuvent pas fournir par leur propre travail,
leur
usine – d’où un possible manque de fourrage et de maïs sur le marché???

Les besoins en financement des petits collectifs [d’agriculteurs] supposeraient une plus grande ouverture du capital à des actionnaires
non
agricoles. Bien que minoritaires, ils pourraient imposer aux
agriculteurs
l’usage de substrats non agricoles [comme des boues de stations
d’épuration], dans lesquelles la présence d’antibiotiques ou métaux
lourds
peuv[ent] polluer les sols. …/…
( tient , ça nous rappelle le cas du Gers ou les voix de l’AREC et des
banques comptent double)

https://www.mediapart.fr/journal/france/160922/les-methaniseurs-des-nids-maladies-en-puissance

En 2018, alors que le méthaniseur n’existe pas encore, plusieurs de ses
vaches meurent, d’autres avortent. « En juin et en septembre, on a eu en
tout quatorze avortements et sept décès », raconte-il. Après analyse, la
fièvre Q est pointée du doigt. …/…

La méthanisation n’est pas une solution sanitaire, elle n’a pas été
pensée
dans cet objectif. Les méthaniseurs ne sont pas conçus pour éliminer les
agents pathogènes », rappelle Anne-Marie Pourcher, chercheuse à l’Inrae,
l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et
l’environnement, à Rennes. Cette spécialiste des agents pathogènes dans
la
méthanisation explique que globalement cette technologie n’améliore pas
la
situation sanitaire agricole actuelle, et ne l’aggrave pas, tant que les
garde-fous réglementaires sont respectés. Mais, dans l’écrasante
majorité
des cas bretons, le procédé d’hygiénisation n’est pas obligatoire, et
donc
pas appliqué.

Dans une offre de thèse de 2017, l’Irstea – devenu depuis l’Inrae –
écrit
: « Le retour au sol des digestats sur des cultures ou des pâturages
peut
conduire à une dissémination des agents pathogènes dans l’environnement
agricole et contaminer les animaux d’élevages et l’homme. » Le document
évoque « le rôle majeur joué [par certains agents pathogènes] dans la
dissémination de l’antibiorésistance » et la capacité de certaines
bactéries à résister aux antibiotiques.

https://www.mediapart.fr/journal/france/150922/denrees-alimentaires-l-insatiable-appetit-des-methaniseurs

Au lieu d’être utilisées pour nourrir humains et animaux, des cultures
sont englouties en masse dans les méthaniseurs. Contourner la loi pour
laisser le champ libre au « maïs énergétique » est un jeu d’enfant bien
compris par les agriculteurs. Car produire de l’énergie rapporte plus
qu’élever des vaches, explique l’ONG Splann.

A très bientôt .

Le Collectif Citoyens Lotois – Membre du CNVMch
https://www.cnvmch.fr/quoi-de-neuf

image.jpeg

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :