La NUPES du Lot communique son calendrier de campagne

Elsa Bougeard, la candidate de la gauche écologiste et sociale, la NUPES, profite des rencontres avec les habitants pour se présenter. Ce mercredi à Salviac et jeudi à Puy-L’Evêque.

« Après une formation en protection de l’environnement, j’ai travaillé dix ans comme cadre dans l’industrie en santé au travail et en prévention des accidents professionnels. Je suis depuis quelques années enseignante en maternelle dans le quartier de Terre-Rouge à Cahors. Ces expériences font partie de mon engagement aujourd’hui. Je vois la force du collectif humain, la transmission des savoir-faire mais aussi les économies faites sur la sécurité des travailleurs et sur notre école publique, tout ça pour ne pas toucher au portefeuille des ultras riches.»

Elle en profite pour rappeler que depuis 7 ans qu’elle est dans le Lot, elle a eu le temps de replier le parachute dont l’affuble Aurélien Pradié. « Je ne suis pas née dans le Lot, mais je suis ancrée dans la vie quotidienne, la réalité des gens. La politique n’est pas mon métier.  Je regrette d’ailleurs que M. Pradié ait refusé les deux débats proposés par les médias. La démocratie a besoin de débat pour être vivante, c’est une faute lourde quand l’abstention est si élevée de le refuser ».

Quand on l’interroge sur le paysage politique dans le Lot, elle fait le parallèle avec les élections présidentielles. « Il y a le bloc de l’extrême-droite, le bloc libéral et le bloc populaire que je représente par la candidature unique de la NUPES. Et il y a le bloc abstentionniste, qu’il faut aller chercher, convaincre, un par un. Parce que les riches et les barons locaux, eux vont voter pour défendre leurs intérêts. »

Les discussions s’animent sur la santé au travail, sujet qu’elle maitrise de par son expérience professionnelle. Renforcer les effectifs de l’inspection du travail et des organismes de prévention pour accompagner les petites entreprises, rétablir les CHSCT, reconstruire la médecine du travail sont quelques propositions qu’elle avance.

L’école est aussi au cœur des préoccupations des lotois. « Nous voulons remailler le territoire pour avoir une école près de chez soi, à moins de quinze minutes. La logique comptable ne peut pas marcher, surtout en milieu rural. Il faut embaucher des enseignants. Dans le Lot, en élémentaire, ce sont 20 à 25 postes qui manquent. Il faut aussi soutenir les collectivités locales. Aujourd’hui, une commune rurale a une dotation de l’Etat deux fois moins importante qu’une commune urbaine. Nos territoires ne sont pas des territoires de seconde zone. »

Et de conclure, « avec la candidature unique de la NUPES, nous avons l’occasion historique d’améliorer concrètement la vie des gens dès le mois de juillet. »

Les prochaines rencontres :

Dimanche 5 juin au marché de Montcuq-en-Quercy-Blanc à 12h

Lundi 6 juin à la salle des fêtes de Lauzès à 19h

Jeudi 9 juin à la salle de la Bourse du travail à Cahors à 19h

Tous les soirs en porte-à-porte.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :