Esclavage, crimes de masse

Les atrocités commises dans le monde n’en finissent plus, de même que leur dénonciation. Cependant, la consommation occidentale et mondiale finance souvent directement ces horreurs. De sorte qu’il y a souvent un décalage entre ce que nous pensons être – des innocents voire des combattants de ces horreurs – et ce que nous sommes vraiment – pire que des complices, des maîtres d’œuvre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :